Quel est votre plus beau souvenir au travail ? Quelles sont les situations qui vous rendent heureux au boulot ?

Derrière vos réponses se cachent en fait des enjeux professionnels primordiaux.  Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elles mettent en exergue les facteurs essentiels à une vie professionnelle épanouissante. Force est de constater qu’en 2017, vos meilleurs souvenirs au travail sont liés aux promotion et/ou à l’augmentation.

Alors, qu’en est-t-il ? De quoi le salarié du XXIème siècle a-t-il besoin pour être heureux ? Eh bien, au travers de vos retours, trois grandes tendances émergent… et elles sont d’autant plus pertinentes qu’elles sont dépendantes les unes des autres.

#1 La reconnaissance des collaborateurs, le leitmotiv du salarié heureux et efficace

Admettre que le travail d’un individu a du sens dans l’évolution de l’entreprise, c’est ça la  reconnaissance professionnelle.

Comme l’explique plusieurs articles spécialisés, la personnalisation des signes de reconnaissance est efficace, mais suppose une connaissance particulière des compétences de chacun·e des salarié·es. En d’autres termes, reconnaître les aptitudes de l’autre c’est lui faire comprendre que son travail a une place  déterminante dans la réalisation des objectifs de l’entreprise.

La preuve en est que vos meilleurs souvenirs sont ceux relatifs à la reconnaissance professionnelle de vos pairs : il est donc question ici de sollicitations en adéquation avec vos compétences,  de la part de vos managers, de vos collègues ou de votre boss qui vont bien au-delà des simples  compliments.  En  effet,  la  reconnaissance  c’est  aussi  donner  la  possibilité  aux  salarié·es d’évoluer vers des postes plus en phase avec leurs compétences, mais également de pratiquer la délégation  de certaines tâches et la manifestation de marques de confiance. C’est aussi le fait de ne pas avoir peur de ses salarié·es .

Ainsi, la reconnaissance de vos collègues induit un sentiment de légitimité dans la réalisation de vos tâches, et favorise des relations sociales épanouies. Elle facilite donc le sentiment de réussite des salarié·es.

#2 Le contact humain comme élément central du sentiment de réussite professionnelle

Contrairement aux a priori, le sentiment de réussite est plus fondé sur des valeurs humaines  que matérielles. C’est ce que démontre une étude de l’institut du CSA pour l’ESSEC en  interrogeant environ 3.000 salariés européens.

L’ascension professionnelle et l’augmentation du salaire ne sont plus les éléments  constitutifs de ce que nous appelons « la réussite ». Nos objectifs se sont humanisés : avoir l’impression de défendre l’intérêt général et avoir une bonne entente avec ses collègues au  quotidien sont quelques uns des facteurs qui nous procurent ce sentiment.

Finalement, étant donné que le salarié·e passe en général 37 heures par semaine au  travail, il n’est pas étonnant de constater que la réussite professionnelle est en fait directement liée  au sentiment de réussite personnelle. En outre, le travail a toujours été, depuis des dizaine d’années,  un sujet primordial d’accomplissement de soi. Seulement, ce sont les discours qui l’accompagnent  qui ont évolués. En effet, les « choisis un métier où tu gagneras bien ta vie » de nos parents ont fini par être remplacés par  « surtout, fais un travail qui te plaît ». Sans même qu’on y ait songé, le bien-être au travail est devenu la première forme de réussite sociale et professionnelle.

#3 Vos plus beaux souvenirs au travail sont les témoignages de situations  professionnelles encourageantes

Un bon souvenir au travail n’est pas la preuve d’un management bienveillant à toute heure. Cependant, les situations professionnelles qui vous ont marqués, sont les preuves que vous n’êtes pas uniquement dans une quête d’ascension sociale. Au contraire, vous envisagez votre  carrière en accordant à la relation de à collaborateurs·trices une place primordiale. En d’autres termes, la force du  collectif devient défendeur de l’intérêt général : celle de l’évolution de votre entreprise dans un cadre bienveillant. C’est donc en cela, que le travail de manager est vital. Puisque nos  mentalités ont changé, le temps n’est il pas venu d’appliquer un management en adéquation avec ces évolutions ?

L’équipe OurCompany